Archipel éloigné, le Japon fascine le monde occidental dès 1860 avec ses estampes, kimonos, geishas, samouraïs, jardins ou théâtres Nó. Actuellement renommé pour sa modernité, il s'impose au début des années 2000 en France avec la déferlante des mangas, le succès des films d'animation de Hayao Miyazaki et les fascinants ouvrages littéraires de Amélie Nothomb et Haruki Murakami. Mais voyons de plus près les mangas, patrimoine ancestral du Japon...

Qu'est-ce qu'un manga ?

Le manga (bande dessinée japonaise) débute au Japon avec les magazines de prépublication. Il y en a environ 300 (certains ayant plus de 700 pages) qui visent tous un public particulier (selon l'âge, le sexe et la catégorie socio-professionnelle). Le plus important est le Shonen Jump tiré à plus de 5 millions d'exemplaires.

Ces hebdomadaires ne coûtent pas cher (230 yens, soit un peu moins de 2 euros) et les Japonais les lisent durant leurs trajets dans les transports en communs pour les jeter ensuite.

Ces magazines sont imprimés en noir et blanc sur du papier recyclé et comporte une dizaine de chapitres de mangas différents.

Lorsqu'une série plaît au public, elle est publiée dans un format de poche souple (celui trouvé en France) sur du papier de meilleure qualité et avec une plus belle qualité d'impression. Ces mangas d'environ 200 pages se déclinent en série pouvant atteindre 42 volumes comme Dragon Ball et les mangakas (auteurs de mangas) sont donc soumis à des rythmes de parution très rapides.

Quand un manga remporte un certain succès, il peut être adapté en dessin animé pour la télévision, en téléfilm ou en long-métrage, et de ces films sont parfois tirés des animés comics.

Découvrez les origines du manga

Epoque Nara

Une des origines du manga remonterait à l'époque de Nara avec l'apparition des premiers rouleaux narratifs peints japonais (les emakimono) dont les illustrations étaient de petites scènes qui servaient à véhiculer des principes bouddhistes. Elles ont par la suite raconté des légendes, des épisodes de guerre, des romances ou des scènes de la vie quotidienne. Le manga serait né précisément de 4 célèbres emakimonos du XIIe siècle, intitulés Chôju-Jinbutsu-Giga qui représentaient des animaux dans des postures humaines, sans aucun écrit.

Epoque Edo

Une seconde origine du manga remonterait à l'époque d'Edo (1603 - 1868) au coeur de laquelle fleurissent les estampes japonaises qui avaient une fonction médiatique et divertissante. Durant cette période, les estampes prennent une place plus importante que les écrits et ne servent plus uniquement à l'illustration de livres. Les techniques d'impression évoluent, les thèmes abordés sont plus populaires et les estampes se vulgarisent même, en prenant la forme de farces légères. Elles sont dépourvues de toute écriture et l'estampe ukiyo-e voit le jour.

Création du terme Manga

Durant la période d'Edo, l'ubiyo-e et l'estampe vont énormément évoluer et en 1814, le peintre Hokusai Katsushika intitule ses carnets de croquis "Hokusai Manga" et le terme est ainsi né. Ses carnets rassemblent de rapides esquisses de la vie quotidienne, des scènes en tout genre représentant animaux, expressions sous forme de visages grimaçants et métiers. Son recueil avait un but pédagogique et ludique pour montrer à ses enfants la vie sous tous ses angles. Manga se traduit alors par "esquisse rapide" ou "image dérisoire" et il ne prendra le terme de bande dessinée qu'au cours du XXe siècle.

Ere Meji

En 1860, le Japon ouvre ses frontières à l'Occident et voit de nouvelles techniques d'illustrations s'importer. De nombreux caricaturistes européens viennent s'y installer et des dessins à bulles apparaissent. En 1887, les cases font leur apparition.

Le manga au XXe siècle

Les illustrateurs japonais reprennent le système de bulles et de cases dans de petites bandes dessinées. Yatsuji Kitazawa réutilise le terme de manga en 1902. Tout comme les bandes dessinées européennes, ses histoires courtes seront teintées de satires et caricatures politiques. Il crée en 1908 un magazine couleur pour les enfants et s'ensuivent plusieurs autres consacrés aux mangas et destinés aux plus jeunes. D'autres éditeurs suivront ce mouvement. Une association de mangakas est alors fondée en 1932 (toujours existante) et le manga devient support de propagande durant la Seconde Guerre Mondiale. Le manga voit ensuite son succès s'étendre considérablement.

La révolution TEZUKA : Ozamu Tezuka, bercé par Walt Disney, développe très tôt un certain talent pour le dessin et publie en 1947 son premier manga qui va remporter un franc succès. Vont s'en suivre rapidement d'autres mangas et Tezuka va alors révolutionner cet univers.

Les années 50 : au début des années 50, le manga est partout ; le format de poche devient rapidement la norme et le style Gekiga (genre dramatique destiné aux adolescents et jeunes adultes) émerge et rencontre un succès étonnant. En 1961, Tezuka crée son propre studio d'animation et plusieurs séries mangas sont produites.

Le boom des années 80 - 90 : grâce aux avancées techniques et narratives, les lecteurs de mangas sont de tous âges et de toutes classes sociales. Tous les thèmes sont abordés, sans tabou et les mangas représentent aujourd’hui 40 % du marché de l'édition japonaise.

Le phénomène manga aujourd'hui

Au Japon, le manga fait partie intégrante de la vie quotidienne des Nippons. Dès leur plus jeune âge, l'histoire ou la religion sont enseignés dans les écoles grâce aux mangas.

Une vraie culture manga existe au Japon (séries télévisées, distributeurs de mangas dans les rues, affiches publicitaires...). Son succès repose en grande partie sur sa capacité à traiter de nombreux sujets et à toucher un large public.

C'est un véritable phénomène de société au pays du soleil levant.

Il existe ainsi 6 classes de mangas, selon le public visé :

  • Kodomo : enfants de moins de 10 ans
  • Shônen : garçons de 8 à 18 ans
  • Shâjo : filles de 8 à 18 ans
  • Seinen : garçons à partir de 16 ans
  • Josei : filles à partir de 16 ans
  • Seijin : adultes de plus de 18 ans

En ce qui concerne les genres de mangas, en voici quelques-uns :

  • Gekiga : dramatique des années 60 - 70
  • Hentai : pornographique
  • Ecchi : érotique
  • Makô Shôjo : fantasy avec des jeunes filles pratiquant de la magie
  • Meccha : fantasy centré sur des combats de robots géants
  • Yaoi : romance entre hommes
  • Yuri : romance entre femmes

Et voici de célèbres mangas :

  • Sailor Moon, manga romantique pour fille
  • Eye Shield 21, manga sportif et humoristique
  • Apple Seed, manga de science-fiction
  • Berserk, manga heroïc fantasy (thème très cher aux Japonais)
  • Docteur Slump, manga humoristique
  • Kenshin, manga faisant référence à l'histoire
  • La dame de la chambre rose, manga sur l'horreur
  • Sommelier, manga gastronomique

Il ne vous reste plus qu'à vous rendre au Japon et découvrir par vous-même ce phénomène manga...

© Copyright 2017 | Mentions légales