Nombreuses sont les raisons de visiter le Japon. Des paysages reposants aux villes trépidantes en passant par des modes vestimentaire et culinaire bien différentes des nôtres, le Japon surprend ses visiteurs. Omniprésent, le manga fait partie de l’âme du pays.

Mangas : de 0 à 77 ans

Le manga, mot qui pourrait être traduit par « illustration distractive», correspond à ce que l’on appelle communément une bande dessinée. Principalement publié en noir et blanc, il s’est introduit en France dans les années 90 en visant un public jeune.

Mais au Japon, depuis longtemps, le manga s’adresse à tous les âges. Pour chaque public, un type de manga : le Shonen pour les adolescents, le Shojo pour les adolescentes, d’autres pour les enfants, les adultes…

Son succès est lié au fait que chacun se retrouve dans ces lectures qui décrivent les différentes étapes de la vie du Japonais.

Il suffit de rentrer dans n’importe quelle librairie pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène. Si les Japonais lisent aussi d’autres livres, plus d’un livre sur trois vendus est un manga. Vous n’aurez pas besoin de demander où se trouve le rayon, il viendra vers vous !

Dans les transports, en marchant dans la rue, au restaurant et bien sûr à la maison, il se consomme à tout moment.

Les produits dérivés

Grâce à l’apport de la technologie, le manga s’est projeté sur écran pour devenir un anime : une série de dessins animés ou un film d'animation. Le plus souvent, il s’inspire d’un héros de manga : Goldorak, Albator…

Si ce genre de réalisation est plutôt récent et s’adresse fréquemment à un public jeune en France, il est très populaire au Japon. A titre d’exemple, « Le Voyage de Chihiro » a battu le record de recettes devançant le film « Titanic ». Déjà dans les années 50, les réalisateurs japonais s’essayaient à ces longs métrages. Cela explique pourquoi des adultes et des personnes âgées les apprécient.

C’est en vous promenant dans les rues que vous vous rendrez compte de l’emprise du manga sur l’empire du soleil levant. Vous croiserez régulièrement un Otaku, une personne passionnée par les mangas et qui le montre ostensiblement par sa tenue et son style de vie.

Mis à part pour une animation particulière, impossible de voir Astérix et Obélix orner les vitrines des Champs Elysées ou les stations du métro parisien. Au Japon, c’est possible, toute l’année.

La plupart des boutiques réservent une partie de leur surface à cette thématique. Des pâtisseries façonnent et nomment leurs créations du nom des mangas les plus connus. Partout dans la ville vous trouverez des gashapons, des machines qui permettent d’acheter une figurine contenue dans une capsule plastique.

Plus invraisemblable, certaines villes posent des banderoles sur des façades de bâtiments ou érigent des statues représentants des personnages de mangas. Des panneaux de signalisation routière ou des barrières de sécurité reprennent aussi ces thèmes.

Amoureux du manga ou non, ce patrimoine culturel rendra votre voyage inoubliable.

© Copyright 2017 | Mentions légales